5 pistes pour passer à l’action avec enthousiasme !

 «  Il n’y a pas de vent favorable à celui qui ne sait pas où il va ». Sénèque

groupe-coloreVous arrive t-il de vivre ces moments de procrastination où vous remettez sans cesse au lendemain ce qui pourrait être mis en œuvre ou décidé le jour même ?

Quelle est cette force d’inertie qui vous envahie alors et vous empêche d’agir efficacement, de vous lancer dans le projet qui vous tient pourtant à cœur, d’aborder le sujet qui pourrait transformer une relation… ?

Des peurs peuvent être à l’origine de ce comportement, par exemple :

  • La peur du succès : eh oui, c’est possible d’avoir peur que son projet marche tellement bien que ça ait des conséquences sur sa vie personnelle, professionnelle.
  • La peur de l’échec, peur de mal faire, du jugement des autres ou de son propre jugement (perfectionnisme)
  • La peur de l’inconnu: le fait de reporter sa recherche d’emploi alors qu’on ne supporte plus son poste actuel.

D’autres raisons aussi :

  • Une mauvaise estime de soi : on ne se sent pas légitime de faire une action, d’exprimer une demande.
  • Un manque de confiance en soi: on ne se sent pas capable d’agir, d’assumer…
  • Le manque de concentration : on se laisse vite distraire par diverses sollicitations plus attrayantes, plus faciles, moins impliquantes.
  • Le manque de motivation : on ne voit pas l’intérêt de faire cette tâche. L’objectif, le sens ne sont pas clairs.
  • Le manque de recul : on ne connaît pas ses priorités, quelle tâche on doit faire en premier ou bien on ne sait pas par quoi commencer…

Bref, les raisons ne manquent pas !

Voici quelques pistes pour sortir de l’impasse et s’engager efficacement ?

  • Décider d’arrêter de procrastiner. Le fait de se pencher sur ce « problème » est déjà un pas et vous invite à analyser ce qui bloque.
  • Définir ou redéfinir clairement vos objectifs, vos intentions, le pourquoi, le sens de l’action. C’est le moteur principal de la motivation. Sans ce guide, c’est le flou !
  • Passer de l’idée de « devoir faire » à l’idée de « l’intérêt de faire ». En quoi est-ce important, quels seront les bénéfices d’avoir agit, d’avoir pris la décision ?
  • Découpez l’activité en tranches, afin de la rendre plus comestible : « Un petit bout, vaut mieux qu’un grand rien du tout »!

Car différer a un coût en termes d’énergies mentale, psychique, financière, relationnelle et matérielle. Repoussez sans cesse une action, une décision à prendre, et vous traînerez cela comme un boulet qui, plus le temps passe, augmente les peurs ou la sensation de malaise.

Vous avez envie d’en savoir plus sur comment passer à l’action avec enthousiasme : Inscrivez-vous à la prochaine Réunion Mensuelle Gratuite

Mercredi 16 novembre 2016 à Sumène 06 66 68 61 41

Formation « Coacher sa vie » inscriptions ouvertes pour la nouvelle session 2017.

La pensée positive : notre GPS intérieur

carte

 «  Mon cerveau ? C’est mon second organe préféré ». Woody Allen

La banalisation progressive de la pensée positive présentée comme une simple croyance, une baguette magique, voire une manipulation pour nous faire avaler tout et n’importe quoi, nous amène à ne plus y prêter l’attention quelle mérite.

Ainsi, de récents travaux ont montré que notre cerveau est doté d’un système de navigation incroyablement élaboré, qui nous guide comme le GPS de nos téléphones et de nos voitures d’un endroit à un autre.

Dans la vie de tous les jours cela revient à dire que nous évoluons sous la direction de ce GPS interne : notre cerveau.

Si nous ne possédons pas de GPS dans notre voiture, nous savons au moins comment cela fonctionne. Il suffit d’enregistrer dans ce petit ordinateur l’adresse exacte de notre destination et comme par miracle une voix ou un écran nous indique la direction à prendre pour nous rendre exactement à l’endroit indiqué.

Il ne nous viendrait pas à l’idée d’entrer dans ce GPS (auto) l’adresse d’un point où nous ne voulons pas nous rendre car immanquablement la direction qui nous serait indiquée serait celle où nous ne souhaitons pas aller !

Et bien notre cerveau fonctionne aussi comme cet ordinateur. Donnons-lui la bonne adresse et en fidèle serviteur, il nous guide dans la bonne direction.

Mais attention la formulation de notre demande doit être claire et positive. Nous y voilà : retour à la pensée positive !

Quand quelque chose ne nous convient pas, concentrons nous sur ce que nous voulons (rester calme, trouver la solution à, avoir du temps pour, s’affirmer dans telle situation…) et non pas sur ce que nous redoutons ou souhaitons éviter.

Ainsi notre cerveau cherchera et trouvera dans la multitude de nos circuits internes celui qui nous mettra sur la bonne voie : l’attitude adaptée, les mots adéquates, la stratégie la plus efficace…)

 

Transformer nos rêves en projets

ancient inca ruins « La sagesse c’est d’avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu’on les poursuit »

Oscar Wilde

Nos rêves expriment nos élans de vie, nos motivations profondes et nourrissent une part d’espoir de voir un jour notre réalité se conformer à nos attentes. Mais si nous oublions de leur donner une forme plus concrète, ces manifestations resteront passives, déconnectées de toute impulsion réalisatrice et les espoirs d’aboutissement risquent alors de se transformer en amère désillusion. Pourquoi cette passivité ?

Par manque de confiance ou peut-être simplement par crainte d’être confronté à nos peurs ou mis en présence de résultats qui ne seraient pas à la hauteur du « bonheur » souhaité.

Transformer nos rêves en projet, les porter à un niveau concret, c’est nous autoriser à élaborer une réalité qui révèle et honore notre véritable nature et nourrit notre vie. Pour cela, il est fondamental d’oser les exprimer, les structurer, d’identifier et d’accepter les changements qui nous permettrons d’atteindre notre but.

Libérons notre énergie créatrice

La réussite d’un projet dépend de la vitalité que nous lui consacrons au plan physique (action) au plan mental (l’imagination, la pensée) émotionnel (le ressenti, la vibration) Il est donc très important d’être attentif à la façon dont nous exprimons notre énergie créatrice. Est-elle vivante, positive ? Permet-elle d’imaginer de nouvelles possibilités, de croire en nos capacités, de prendre de nouvelles initiatives ?

Ou est-elle paralyser par le doute, la peur d’échouer, la crainte de la nouveauté ?

Ce point de départ est fondamental. Un esprit « libre et ouvert» facilitera l’émergence du projet et sa mise en œuvre.

Osons être précis

Pour voir nos projets se réaliser il est essentiel de leur donner une représentation concrète : qu’aimerions réaliser exactement, avec qui, quoi, comment, où, quand et pourquoi ? Le sens est alors un moteur très puissant.

La réussite d’un projet ne peut se suffire d’à peu près, de peut-être, de « on verra » ! Plus fine sera notre projection, plus sûre en sera la réalisation. Notre cerveau, tel un GPS à besoin de consignes précises pour nous aider.

Osons croire « aux possibles »

Si nous savons porter un regard positif sur nous-mêmes et ce qui nous entoure, garder l’esprit ouvert au changement, à tous les potentiels disponibles, alors nous saurons percevoir les différentes solutions et trouver les ressources, les voies qui nous conduiront vers notre réalisation. Croire aux possibles c’est ouvrir son horizon en se libérant de tout jugement automatique, partial et limitant.

Ce sujet vous intéresse, vous aimeriez en débattre ou l’approfondir : inscrivez-vous à la prochaine  Rencontre Mensuelle Gratuite : lundi 21 mars à 18h30 à Sounalou le Bas 30440 Sumène.

 A bientôt

 Véronique

 

Vous trouverez également dans mon livre au Chapitre V  « Danse avec la Vie » deux paragraphes qui traitent des objectifs :

  • Transforme tes rêves en projets
  • attire le succès, fais en une intime évidence

IMG_3058

 

« Vis dans la confiance et savoure ta liberté d’être ».

V.Cauwet – Editions Livres & heureux

04 67 99 00 84 – 06 66 68 61 41

 Découvrir le sommaire du livre

 

 

3 repères pour COACHER sa VIE

« La plus grande tragédie dans la vie, c’est de l’avoir passée tout entière à pêcher pour finalement réaliser que ce n’était pas du poisson que nous cherchions. » Henry David Thoreau

Coacher sa vie c’est avant tout clarifier ce que nous souhaitons exactement et nous assurer que nous mettons bien notre énergie au service de ce qui fait du sens pour nous.  Comme nous l’enseigne la nature : ne peut voir le jour que ce nous avons semé avec une vision claire de ce que nous voulons récolter, nourri de patience, de persévérance et de confiance. Ainsi la vie, telle une terre soignée avec amour, nous offre en retour ses fruits les plus savoureux. Voici 3 points de repère qui peuvent nous aider à garder le cap :

1 – Rester fidèle à soi même

Écouter notre cœur, nos élans de vie, faire ce qui compte pour nous et être la personne que nous voulons être. Notre état intérieur est alors notre meilleur guide. Que ressentons nous en fin de journée (bien être, sentiment d’accomplissement, lassitude, frustration, tristesse…? ) Il nous renseigne sur ce qui est important pour nous (nos besoins, nos élans, nos envies…) et nous indiquent si nous les respectons et si nous avançons ou non dans la bonne direction.

Alors, nous pouvons nous demander :

  • Cette journée a-t-elle été satisfaisante et pourquoi ?
  • Que puis-je faire pour satisfaire davantage mes besoins ?

 2 – Transformer ses rêves en projet

Le pire dans la vie est d’être passé à côté de ses rêves. Osons sortir de nos limites et mettre en mouvement nos rêves. Nous ne regretterons jamais les moments où nous avons échoué mais davantage ceux où nous n’avons même pas essayé. Interrogeons nous alors sur ce qui nous freine :

  • Qu’est-ce que je ferai si j’avais toutes les ressources pour réussir ?
  • Quelle peur m’empêche de transformer mon rêve en projet ?
  • Si j’étais en total confiance qu’est ce que je ferais de différent ?

3 – Apprendre de ses échecs

L’échec n’est qu’une étape sur le chemin de la réussite. Savez vous que les gens confiants échouent plus que les autres ? Voici comment reconsidérer de façon constructive les difficultés que l’on rencontre :

  • Qu’est-ce que j’apprends de ces difficultés, sur moi, sur mon environnement et comment vais-je m’en servir maintenant pour progresser ?

Vous avez envie d’aller plus loin sur ce chemin, deux possibilités :

  • La Réunion Mensuelle Gratuite Lundi 08 février 2016 à Sumène 06 66 68 61 41 (inscription préalable obligatoire)
  • La formation COACHER sa VIE qui commence les 05-06 mars 2016
  • 06 66 68 61 41. Vous trouverez le programme complet  et le calendrier de cette formation unique sur mon site : veronquecauwet.fr.
  • Un nouveau cursus démarre à Montpellier en septembre 2016

Comment gérer nos émotions

24231328-c-ur-et-le-cerveau-s-embrassent-avec-amour« Tout le monde peut se mettre en colère, mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite,  au moment et durant le temps voulus. » Aristote

Nos émotions sont ainsi, spontanées, quelquefois irrationnelles, parfois démesurées ? Elles sont en lien direct avec notre mémoire qui n’a pas pour objet d’analyser, de comprendre une situation mais plutôt de trouver une réponse comportementale rapide, pour faire face au mieux à ce qui nous perturbe. C’est pourquoi nos réactions rapides ne sont pas toujours judicieuses et laissent parfois un sentiment de malaise, de regret.

Les reconnaître pour pouvoir les gérer. On peut distinguer quatre émotions fondamentales la peur, la colère, la tristesse et la joie. Chacune a une raison et une façon particulière de se manifester et nous apprend à mieux nous connaître.

La peur se déclenche lorsque notre cerveau émotionnel identifie une situation comme un danger, une menace. Qu’il soit réel ( je suis menacé par une personne armée) ou virtuel (je risque de me faire agresser dans le métro). Une sécrétion d’adrénaline se déclenche pour mettre le corps en état d’alerte le temps de décider de la meilleure conduite à tenir : agresser, fuir ou se cacher. Notre besoin face à la peur est dêtre rassuré, protégé, avoir un cadre, des règles.

La colère  se manifeste lorsque notre cerveau constate qu’un obstacle réel ou imaginaire, se dresse entre nous et la satisfaction d’un besoin. Une sécrétion massive d’hormone libère alors l’énergie nécessaire à une action vigoureuse pour que ce besoin soit respecté. La colère cache souvent une peur.

La tristesse, quant à elle, apparaît lorsque nous vivons une perte douloureuse ou une déception. Un manque difficile à accepter ou à combler se fait sentir (je n’aurai plus jamais cette joie de.. je ne verrais plus untel…). S’ensuit une chute d’énergie, un repli sur soi le temps nécessaire à la réalisation d’un deuil quel qu’il soit (personne, espoir, projet, objet…)

La joie active le système « parasympathique » et engendre un état général de sérénité, de contentement propice à la coopération, l’optimisme, l’échange, le partage.

Pour gérer nos émotions nous devons donc :

  • clarifier et apprivoiser nos peurs. Apprendre à sortir schémas réflexes qui n’ont plus d’utilité à ce jour, développer la confiance en soi, en la vie ;
  • prendre conscience de nos véritables besoins et nous orienter de façon constructive vers  leur satisfaction
  • écouter nos manques et évaluer justement s’il est possible de les combler, et comment.

Le coaching peut vous aider à vous libérer des émotions perturbatrices qui vous empêchent de vous développer harmonieusement et vous apprendre à vous relier aux émotions qui porteront vos succès.

Vous souhaitez en savoir plus sur les émotions et les moyens de les gérer :

Vous trouverez dans mon livre un chapitre consacré aux émotions :  Chapitre IV  « Utilise la fabuleuse énergie de tes émotions »

IMG_3058

« Vis dans la confiance et savoure ta liberté d’être ».

V.Cauwet – Editions Livres & heureux

04 67 99 00 84 – 06 66 68 61 41

Découvrir le livre

Découvrez comment le coaching en marchant peut vous aider à aller de l’avant en toute confiance.

Utiliser le pouvoir de l’intention

« Un être humain fait partie d’un tout que nous appelons l’Univers ; il demeure limité dans l’espace et le temps. Il fait l’expérience de son être, de ses pensées, et des ses sensations comme s’ils étaient séparés du reste – une sorte d’illusion d’optique de sa conscience. » A. Einstein

De nombreuses études attestent aujourd’hui que nos pensées, nos intentions ont une réalité tangible  et le pouvoir d’influencer les événements. Elles génèrent leur propre énergie  bien palpable dont nous pouvons nous servir pour améliorer notre vie, aider les autres et pourquoi pas : transformer le monde.

Quand une situation nous dérange, plutôt que de passer notre temps à décrire le problème avec force détails, à ruminer en boucle tous les désagréments qu’il nous procure dans l’instant, à imaginer toutes les conséquences négatives qu’il va produire dans un avenir proche ou lointain et de nourrir ainsi un cocktail d’émotions désagréables qui finissent par nous épuiser, utilisons notre pouvoir en orientant nos pensées vers ce que nous voulons.

Faire le constat d’une situation qui ne nous convient pas est important. C’est une prise de conscience fondamentale pour aller vers la transformation. A condition de nous mettre le plus rapidement possible dans cette disposition d’esprit.

Comment utiliser notre pouvoir d’intention ?

Nous savons très souvent dire ce que nous nous ne voulons pas ou ne voulons plus (ne plus être surchargé de travail, ne plus subir les jugements critiques de mon collègue, ne pas rougir quand je vais prendre la parole en réunion, ne pas m’énerver quand mon fils n’aura pas rangé sa chambre…).

Passée l’étape du constat négatif, que voulons-nous exactement dans cette situation ?

Notre définition doit être positive et dépendre de nous (aller à l’essentiel dans mon travail, me faire respecter par mon collègue, être détendu quand je prendrai la parole en réunion, rester calme mais ferme quand je demanderai à mon fils de ranger sa chambre…).

Notre cerveau est notre fidèle serviteur. En véritable GPS il obéit à nos intentions. Formulées dans la direction positive de ce que nous souhaitons être, faire, obtenir, elles conduisent notre cerveau à rechercher les meilleures attitudes ou solutions pour y parvenir.

Nous pouvons utiliser ce pouvoir à tout moment : le matin en nous levant pour décider de l’orientation de notre journée, le soir en rentrant du travail pour décider de l’ambiance que nous souhaitons générer dans notre foyer, pour aborder un entretien délicat ou régler un problème de façon constructive…

 Vous souhaitez apprendre à formuler des intentions justes inscrivez-vous à la

Rencontre Mensuelle Gratuite lundi 09 novembre de 18h30 à 20h30

à Sumène : 06 66 68 61 41 (places limitées)

 

Comment savoir si nous prennons les bonnes décisions ?

DECISIONPourriez-vous évaluer aujourd’hui, sur une échelle de 1 à 10 votre degré de satisfaction dans les domaines de votre vie, personnelle, affective, professionnelle, familiale… ?

C’est une première étape de prise de conscience qui peut vous permettre de savoir si vous prenez ou non les « bonnes décisions »

Quand les situations difficiles se répètent, quand nous n’obtenons pas ce que nous souhaitons… c’est que nos décisions ne correspondent pas à nos objectifs à ce que nous voulons obtenir, à ce que nous voulons être ou devenir.

A contrario, quand nous pouvons nous dire satisfaits, heureux de ce que nous obtenons de la vie alors nos décisions sont justes.

Ainsi, si vous n’aimez pas ce que vous faites, si vous n’obtenez pas ce que vous voulez, si vos relations vous ennuient, c’est que consciemment ou non vous prenez des décisions qui ne respectent pas vos besoins essentiels.

Nous avons ce pouvoir de trouver des solutions, de changer, de nous transformer et de transformer notre environnement. L’important c’est de prendre ses décisions de manière consciente car chaque décision du présent crée le futur.

Vos décisions doivent s’ajuster sur votre essentiel :

–   Quel est votre objectif, votre direction, par quelle vision êtes vous porté ?

–    Pourquoi aller dans cette direction, qu’est ce que cela vous apportera, quel en est le sens ?

–   Quelles sont les valeurs qui sous tendent vos décisions (honnêteté, fidélité, plaisir, pouvoir, croissance personnelle…) et encadrent vos actions ?

Vous saurez si vos décisions sont justes, si :

–   Elles vous rendent optimiste et entraînent un ressenti positif. Votre cœur, votre émotion doivent aussi vous guider ;

–    Elles sont alignées sur votre identité, sur ce qui est essentiel pour vous et en accord avec vos valeurs fondamentales ;

–    Elles sont cohérentes avec la vision que vous avez de votre futur, avec vos objectifs ;

–    Elles mesurent les conséquences sur l’ensemble des éléments en relation et respectent un équilibre important pour vous et votre environnement.

Qu’allez-vous décider aujourd’hui dans votre vie pour aller dans la direction qui vous animera demain ?

Quelle est cette force unique qui gouverne la qualité de notre vie ?

En cette période de rentrée, synonyme de nouveau départ après une période estivale dédiée au repos, au ressourcement, j’ai choisi de vous parler cette force unique qui gouverne la qualité de notre vie, de nos résultats quels qu’ils soient et qui est au centre du processus de coaching.

Interrogez vous un instant : à qui avez-vous l’habitude d’attribuer la qualité de votre vie, vos succès, vos échecs ? Est-ce  à Dieu, à l’univers, au hasard, à la chance…

Et si c’était notre propre pouvoir, notre propre force ? Cette force extraordinaire que nous possédons, qui nous permet de changer le cours de notre existence à chaque instant de notre vie  ?… Je l’ai, vous l’avez, nous l’avons tous…

 Cette force unique c’est notre pouvoir de choisir, de décider : le seul pouvoir que nous ayons vraiment. Pour autant, un grand nombre d’études en psychologie cognitive ont mis en évidence de nombreux facteurs mentaux qui entravent  notre aptitude à décider efficacement : nos peurs, nos croyances limitantes, conscientes ou non, le manque d’information ou la surinformation, nos dénis, notre raisonnement plus ou moins en phase avec la réalité…

Choisir est le seul pouvoir que nous ayons vraiment et il détermine nos résultats. Il s’appuie sur trois décisions :

Les 3 décisions qui gouvernent la qualité de notre vie.

Nous ne pouvons pas contrôler tout ce qui se passe autour de nous mais nous pouvons décider :

1-    Ce sur quoi nous allons porter notre attention. Ce à quoi nous allons donner du pouvoir : ce qui nous nourrit, ce qui nous manque, ce qui nous attriste, ce qui nous émerveille, ce que nous ne voulons plus ou ce à quoi nous aspirons…

2-  Le sens, la signification que nous donnons aux évènements, aux situations que nous vivons :

  • Crise = danger mais aussi opportunité (idéogramme chinois)
  • Crise = Moment difficile, manifestation violente, rupture d’équilibre (Larousse)

3-  Ce que nous décidons de faire face à ces évènements : nous lamenter, accuser la vie, le destin ou prendre notre vie en main, comprendre le sens de ce qui nous arrive et réajuster nos comportements…

Ce sont moins les circonstances qui façonnent notre destinée que les décisions que nous prenons dans ces circonstances.

C’est donc un pouvoir immense qu’il faut apprendre à maîtriser. Car ce sont nos décisions qui définissent nos destinées.

Avez-vous cette sensation d’être habité par un tel pouvoir ? Le coaching peut vous aider à le développer et à prendre des décisions au service de votre évolution.

Belle rentrée à tous !

 

Cultivez la sérénité

Les gens sereins… » ont le sentiment que la vie est généreuse. On dirait qu’ils ont une aptitude particulière à rebondir face à l’adversité, à donner un sens à leur existence, comme s’ils entretenaient un rapport plus intime avec eux-mêmes, avec les autres, et avec ce qu’ils ont choisi de faire de leur vie. » (David Servan-Schreiber)

La sérénité n’est donc pas le privilège de quelques moines « zen » ou gens heureux à l’abri de toutes difficultés de l’existence mais un état accessible à tous quels que soient l’environnement, les conditions de vie… un état de calme  provenant d’une profonde paix intérieure, libérée des jugements négatifs et des agitations émotionnelles. Si j’osais une recette de la sérénité je dirais qu’il faut :

–          Une profonde joie de vivre

–          une solide confiance en soi, en l’autre, en la vie

–          une conscience claire de ses élans, valeurs et buts personnels

–          une saine distance vis à vis des pressions externes

–          une bonne capacité d’acceptation, d’empathie et de pardon…

Comment atteindre cet état, le cultiver et l’entretenir au quotidien ?

Prenez soin de vous quotidiennement : respectez vos rythmes biologiques et vos besoins d’alternance (activité/repos, bruit/silence, action/réflexion…). Offrez vous une alimentation saine et équilibrée. Pratiquez une activité physique régulière et respectueuse de votre corps.

Écoutez et gérer vos émotions : gardez confiance dans votre direction (buts, valeurs, choix personnels, intuitions…). Soyez patient et persévérant. Acceptez ce qui ne peut être changé. Respectez vos besoins et conservez une saine distance vis à vis des critiques et jugements d’autrui.

Entretenez des pensées positives, constructives : cessez de ruminer ce que vous ne voulez pas et décidez d’avancer vers ce que vous voulez en toute confiance. Entretenez une bonne estime de vous quoi qu’il arrive.

Donnez du sens à la Vie et un sens à votre vie : ce sens sera votre guide et votre boussole dans les bons moments comme dans les périodes difficiles.

Que vous vous sentiez agacé, inquiet, confiant, triste, ou joyeux votre état intérieur vous appartient.

Avec un peu d’attention, vous pouvez devenir plus conscient de la façon dont vous le créez et gagner en sérénité si vous le souhaitez.

Profitez bien de ce bel été pour vous ressourcer et faire le plein de sérénité.

Bientôt en vente sur le site :

« Vis dans la confiance et savoure ta liberté d’être ».V.Cauwet – Editions Livres et heureux

Véronique Cauwet Coach depuis 23 ans en entreprise et auprès de particuliers vous accueille pour un premier rendez vous gratuit à Sounalou le Bas 30440 SUMÈNE

04 67 99 00 84 – 06 66 668 61 41

Découvrez comment le coaching en marchant peut vous aider à aller de l’avant en toute confiance.

Nos émotions sont les maîtres de nos succès

Sans doute avez vous déjà remarqué la force communicative des émotions. Telle personne joyeuse dans un groupe éveille autour d’elle des sourires, des rires, de la légèreté, de l’enthousiasme, alors que telle autre, rongée d’amertume et de morosité  écrase l’atmosphère du poids de son mal-être.

Nos émotions communiquent entre elles.

Les émotions que nous communiquons, même inconsciemment,  vibrent à une certaine intensité et se propagent tels des ondes invisibles. Plus elles vibrent intensément et plus elles sont perceptibles. Elles se révèlent à travers nos gestes, nos attitudes, le ton de notre voix, notre regard, les expressions de notre visage, jusque dans le style et la couleur de nos vêtements et bien au-delà de ce qui se voit…

Ainsi, ce que nous portons en nous : nos pensées, nos certitudes, nos peurs, nos rancœurs, nos désirs,  tel le parfum d’une fleur, l’onde d’un ruisseau, le souffle du vent, rayonne au-delà de nous et entre en  résonance avec les fréquences qui lui ressemblent.

Nous attirons à nous ce que nous communiquons

N’est-il pas fascinant de constater qu’une personne sincèrement convaincue de son talent, confiante dans sa réussite, attire à elle d’autres personnes talentueuses qui lui permettent de progresser ?

L’inverse se vérifie aussi. Combien de personnes se dévaluant, vivant dans la peur permanente de l’échec, s’environnent de compagnons d’infortune pour s’enfoncer un peu plus dans le marasme !

Ainsi nos réussites et nos échecs nous informent de ce qui émane de nous.

De quoi réfléchir !!  et surtout réfléchir à ce que nous voulons vraiment attirer à nous. Car pour l’attirer, il faut aligner nos pensées et nos émotions sur nous voulons vraiment et non sur ce que nous ne voulons pas. Cela commence par:

Formuler et nourrir des intentions positives qui vont dans le sens de ce que nous souhaitons obtenir, réussir.

C’est moins ce que nous faisons qui influencent nos résultats que les sentiments que nous éprouvons vis-à-vis de nos choix, de nos actes.

« La confiance en soi est le premier secret du succès. »
Raplh Waldo Emerson