Hasard… vous avez dit hasard !

Hasard, vous avez dit « hasard » ?

De la naissance de l’Univers aux événements de votre quotidien, devez-vous tout attribuer au hasard ou bien êtes-vous plus étroitement impliqué ? Quelle responsabilité portez-vous exactement dans le déroulement de votre vie ?

Et si notre regard sur la vie, sur nous-même conditionnait nos  résultats plus que nous ne l’imaginons ?  Prétentieux répondront certains, illusoire diront d’autres, effrayant !…

Pourtant à bien y regarder, cette affirmation a de plus  en plus d’audience et les neuros sciences nous démontrent aujourd’hui à quel point nos pensées peuvent être agissantes, à quel point elles stimulent nos émotions, influencent nos comportements et décident au final de nos résultats. Qu’il s’agisse de nos relations, de nos choix de vie, de notre santé physique ou mentale.

La plupart de nos comportements répondent à des automatismes, hors de notre champ de conscience, pour le meilleur ou pour le pire. Qui donc est alors aux commandes ? Quelles parties de nous se manifestent dans nos choix quotidiens, dans notre façon de communiquer, de réagir face aux événements rencontrés ? Notre libre arbitre a-t-il toujours son mot à dire ou sommes-nous le jouet de schémas inconscients, œuvrant à notre insu pour maintenir un équilibre si précaire et inconfortable soit-il ?

Attribuer au pur hasard ce qui nous arrive, nous dépossède de notre pouvoir créateur et entraîne une sensation d’impuissance redoutable lorsque les difficultés se manifestent. A l’inverse, envisager chacun de nos résultats comme le fruit de nos intentions, conscientes ou non, nourrit notre pouvoir, stimule nos forces créatives et renforcent notre confiance en soi.

Plus nous développons cette posture de responsabilité guidée par nos intentions, plus notre autonomie grandit et notre capacité à créer notre vie à notre convenance augmente.

Cette posture implique d’élargir notre conscience de soi, de mettre en lumière aussi bien nos ressources que nos zones d’ombre. Ces dernières : peurs inavouées, convictions limitantes sur soi, sur les autres, sur le monde, génèrent souvent à notre corps défendant, des situations dont nous souffrons et qui nous empêchent d’avancer librement et en confiance sur le chemin de notre vie et de récolter ce que nous en attendons vraiment.

  • Pensez à vos plus importantes satisfactions et demandez-vous à qui vous les attribuez ?
  • Faites de même pour vos plus importantes insatisfactions ?
  • Dans ces exemples, où placez-vous votre pouvoir créateur ?
  • Au cours des prochaines semaines, soyez à l’écoute de vos ressentis et demandez-vous, lorsque cela ne fonctionne pas comme vous le souhaitez, à qui ou à quoi vous attribuez le pouvoir (le hasard, l’autre, la société…) et quel sentiment cela vous procure.
  • Demandez-vous ensuite quelle partie de vous a encore besoin de faire cette expérience et pourquoi ?
  • Que pourriez-vous faire pour prendre mieux soin de vous dans cette situation ?

Bonne exploration et à bientôt.